L’oignon de Roscoff

decorateur-titre-65

L’oignon de Roscoff : l'histoire...

Il faut remonter le temps jusqu’au XVIIe Siècle pour découvrir l’origine de l’Oignon de Roscoff.

C’est en 1647 que Frère Cyril, un moine capucin, sema les premières graines dans les jardins de son couvent à son retour de Lisbonne. A cette époque, la ville de Roscoff avait une activité essentiellement liée au commerce maritime, basée sur l’exportation de sel provenant du Sud de la Bretagne et de la toile de lin fabriquée dans la région. Les oignons constituaient un aliment essentiel pour les marins,  ils permettent en effet de se prémunir contre le scorbut, du fait de leur richesse en vitamine C.

Très vite remarqué pour ses qualités gustatives et sa très longue conservation, la culture de l’oignon de Roscoff se développe rapidement dans les communes voisines.

Mais c’est au XIXe siècle que la notoriété de l’Oignon de Roscoff s’exporte. L’histoire retient qu’en 1828, Henri Ollivier, un jeune paysan de Roscoff,  se lance dans la vente de sa production en terre brittanique. Il en revient les cales vides et les poches « pleines ». Débute dès lors l’épopée « Johnnie  » du surnom de petit Jean donné par les britanniques aux agriculteurs vendeurs de Roscoff et de sa région.

Chaque année plus nombreux, les Johnnies s’expatrient alors dès la fin juillet après le pardon de Sainte Barbe pour aller vendre leurs oignons au porte-à-porte dans toute la Grande Bretagne.  À pied tout d’abord puis à vélo, ils sillonnent les rues des grandes agglomérations, chargés parfois de 100kg de marchandise. Le phénomène connait son apogée dans les années 20 avec 9000 tonnes vendues outre Manche par près de 1500 Johnnies.

Si dans les années 60 il se produit encore dans la région entre 15 et 20 000 tonnes d’oignons, les volumes diminuent fortement à partir des années 1970 pour ne plus représenter que 1500 tonnes en 1990.

À la même époque un groupe de producteur décide de lancer un nouveau produit sur le marché : l’oignon « grappe » de 1kg, nettoyé et tressé manuellement dans les exploitations par une  main-d’œuvre familiale.

Le produit, lancé en 1992, est un succès et relance la production. Dans le même temps, les producteurs réfléchissent à l’Appellation d’Origine Contrôlée pour valoriser leur produit et le terroir.

En 2009, L’AOC est obtenue sous l’appellation « Oignon de Roscoff », et en 2013,  l’AOP, Appellation d’Origine Protégée, qui vient récompenser la culture de l’oignon !

decorateur-titre-65

Où et quand en trouver ?

La vente de l’oignon de Roscoff va débuter dans le courant du mois d’août, après une période de séchage de quelques semaines.

Traditionnellement la vente va débuter à l’occasion de la fête de l’oignon de Roscoff qui a lieu, généralement, le troisième week-end du mois d’août.

Le tressage de l’oignon va permettre une conservation assez longue, permettant de trouver et de déguster ce produit du moins d’août jusqu’au mois d’avril de l’année suivante.

Voici une liste des points de vente d’Oignons de Roscoff AOP de la zone géographique des 24 communes de l’AOP  :

Points de vente et producteurs d’oignons rosés

fete-oignon-roscoff
  • partager